La sensibilité est un trésor

La sensibilité est un trésor

A ma soeur, aux battantes,
à mon homme, aux hommes,
aux coeurs sensibles qui luttent pour rester forts et réussir …

 

La sensibilité est un trésor

N’aies pas peur de montrer ces fragilités que tu dénommes faiblesses. Moi j’y vois toute ta sensibilité et ta noblesse.
Toi-même peut-être déjà as-tu souffert d’être confrontée à des personnages tout de froideur constitués que rien ne semblait impacter.
Notre monde souffre du manque de douceur et d’humanité. Le monde du travail en particulier.
Toi ma soeur tu es venue dans cette vie là, incarner la polarité du féminin, sensible, fragile, compatissant, empathique, bienveillant, réconfortant.

 

Du moelleux et de la douceur dans ce monde de brutes

Alors si tu trouves parfois qu’il manque un peu de moelleux, de tendresse et de douceur dans ce monde de brutes, laisse donc cette partie de toi s’exprimer quand tu es touchée, à bout, démasquée.
Tombe le masque de la guerrière, superwoman qui réussit sa carrière. Laisse s’exprimer cette voix qui tremble et qui sanglote quant tu es touchée, prête à couler.
Laisse voir ta vulnérabilité.
Et face à l’homme qui te dirige et te balance avec fermeté « il faut vous reprendre voyons… », n’oublie jamais que cet homme là petit garçon n’a certainement pas eu l’autorisation de pleurer et d’exprimer ses émotions.
« Sois fort mon fils, tu n’es pas une fillette », « sois fort mon frère, tu n’es pas une femmelette ».
La sensibilité du féminin tuée dans l’oeuf de ce petit être qui pourtant à cette époque se laissait traversé par ces courants d’émotions.

 

Libère le féminin que tu as muselé

Aujourd’hui c’est par ces hommes forts, ces assaillants que sont dirigées la plupart de nos sociétés.

Et toi ma soeur tu ne t’y retrouves plus dans ta féminité.
Car à mettre une muselière à ta sensibilité pour gravir les échelons contre vents et marées, c’est un rôle de composition que tu t’es mise à jouer.
Or aujourd’hui le monde manque cruellement d’amour et de sensibilité, car nous-mêmes en tant que femmes avons longtemps museler notre propre sensibilité, nos ressentis, là où résident notre vraie puissance et notre authenticité.

Laisse toi voir telle que tu es.
Avec des hauts et des bas, oui tout à fait, car tout comme la lune et la nature, tu es cyclique et changeante, c’est ainsi fait. Ton âme et ton corps y sont reliés.

 

Tes larmes sont sacrées

A exiger de toi des résultats croissants tout le temps et du mordant à toute les saisons ( comme on commande des fleurs et des fraises en plein hiver sans se poser de question), on a appauvri ton sol et la fertilité de tes créations.
L’eau que tu as esquivée depuis des éons a besoin de se déverser à présent sur ta peau et c’est très bon! N’as tu pas craint parfois de devenir trop sèche et le coeur endurcit?
Tes pleurs irriguent tous tes vaisseaux et font circuler à nouveau cette eau salée et sacrée que tu retenais trop.

Certaines terres arides voire désertiques ont vu des étendues de fleurs réapparaître sur leur coteaux après de longs déluges ces jours derniers.
Il en sera de même pour toi. La planète te montre la voie.

Homme ou femme, pleure et ne te cache pas.
La sensibilité est constitutive de ton être et de tout l’écosystème dans lequel nous sommes venus évoluer.
Arrêtons de la piétiner, elle est un trésor de l’humanité et du pôle féminin en particulier.

 

Texte écrit le 6 novembre 2015

Etre Femme

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *